Retour à l'accueil
 
Retour à l'accueil
Retour à l'accueil Ajouter aux favoris
 Accueil   La CGL 92   Actualités   NEWSLETTER   Nos victoires    Contactez nous !   Nous rejoindre 
 
L'Union Départementale 
   Présentation
 Adhésions et tarifs
 Nos publications
 Nos communiqués
 Nos actions locales
 
La location 
   Les mots clefs
 La loi SRU
 Loyers moyens du 92
 Les charges locatives
 Les mots clefs (en cours)
 Lutter contre les expulsions
 
La copropriété 
   Les mots clefs
 Le contrat de Syndic
 Contrats de Syndics (étude)
 Gestion courante, prestations
 Les charges de copropriété
 La Commission nationale
 La Jurisprudence
 Les mots clefs (en cours)
 
L'accession à la propriété 
   Les mots clefs
 Achat dans l'ancien
 Achat dans le neuf 2007/2008
 Analyse du prix des logements
 Les mots clefs (en cours)
 
Créer un association 
   Pourquoi créer une association
 Création et fonctionnement
 Les textes et nos conseils
 Bibliographie
 
sites de la CGL 
   CGL Nationale
 CGL 94
 Conso Net
 CGL 44 
 CGL 55
 CGL 57  
 CGL 62 
 bloc note de l'association Fraternité - Egalité 
 

 

LA JURISPRUDENCE SUR L'EXPULSION LOCATIVE

 

L'attitude du locataire

 

 

Le locataire ne peut arrêter le paiement du loyer sans l'autorisation du juge

 

Cour de Cassation (3ème Chambre Civile) 10 mars 1993 :

-         Pour débouter l'Office Public d'HLM de sa demande, la Cour d'Appel retenait que le locataire était un débiteur de bonne foi.

-         En statuant ainsi, estime la Cour de Cassation, la Cour d'Appel a violé le texte susvisé (article 24 de la loi du 6 juillet 1989).

-         Effectivement, le locataire n'avait pas réglé la totalité des causes du commandement dans le délai d'un mois imparti par celui-ci.

 

Notre commentaire :

Solution rendue en matière HLM qui rappelle aux juges que le paiement du loyer doit être considéré objectivement sans prise en compte de la bonne foi de celui qui doit le payer.

 

Cour de Cassation (3ème Chambre Civile) 16 février 2000 :

-         Le locataire ne peut s'abstenir de payer le loyer sans autorisation du juge même si le bailleur ne respecte pas ses obligations.

 

Notre commentaire :

décision identique à la précédente. Cette solution de principe rappelle que seul le juge peut dispenser un contractant de respecter son obligation de payer.

 

 

La bonne foi des locataires ne permet pas de refuser la résiliation du bail pour retard de paiement

 

Cour de Cassation (3ème Chambre Civile) 27 novembre 1996. Cassation partielle :

-         L'arrêt de la Cour d'Appel retient que les locataires ne sont pas des débiteurs de mauvaise foi et que les retards de paiement ne constituent pas une faute d'une gravité suffisante pour justifier la résiliation judiciaire du bail.

-         En statuant ainsi, pour des motifs qui ne répondent pas à la demande de constatation de l'acquisition de la clause résolutoire présentée dans les conclusions, la Cour d'Appel n'a pas satisfait aux exigences du texte susvisé.

-         La Cour de Cassation CASSE ET ANNULE le jugement.

 

Notre commentaire :

Cette décision a été rendue entre les deux précédentes. La bonne foi du locataire n'est pas prévue par les textes, la clause résolutoire doit donc être appliquée.

 
 
Actualités 
 
 Année 2018
 Années précédentes
 
 
L'eau et le logement 
 
 Etude de la CGL
 Eau et vie pratique
 Le prix de l'eau
 Pour se défendre
 
 
L'expulsion 
 
 Présentation
 Les mots clefs
 La procédure d'expulsion
 Les expulsions (étude)
 De 2004 à maintenant
 La Jurisprudence
 Les mots clefs (en cours)
 
 
Adresses utiles 
 
 Adresses classées
 
Agence DevComWeb   -   Technologie Micrologiciel™