Retour à l'accueil
 
Retour à l'accueil
Retour à l'accueil Ajouter aux favoris
 Accueil   La CGL 92   les élections hlm   Actualités   NEWSLETTER   Nos victoires    Contactez nous !   Nous rejoindre 
 
L'Union Départementale 
   Présentation
 Adhésions et tarifs
 Nos publications
 Nos communiqués
 Nos actions locales
 
La location 
   Les mots clefs
 La loi SRU
 Loyers moyens du 92
 Les charges locatives
 Les mots clefs (en cours)
 Lutter contre les expulsions
 
La copropriété 
   Les mots clefs
 Le contrat de Syndic
 Contrats de Syndics (étude)
 Gestion courante, prestations
 Les charges de copropriété
 La Commission nationale
 La Jurisprudence
 Les mots clefs (en cours)
 
L'accession à la propriété 
   Les mots clefs
 Achat dans l'ancien
 Achat dans le neuf 2007/2008
 Analyse du prix des logements
 Les mots clefs (en cours)
 
Créer un association 
   Pourquoi créer une association
 Création et fonctionnement
 Les textes et nos conseils
 Bibliographie
 
sites de la CGL 
   CGL Nationale
 CGL 94
 Conso Net
 CGL 44 
 CGL 55
 CGL 57  
 CGL 62 
 bloc note de l'association Fraternité - Egalité 
 
 Nanterre   Imprimer
Association : Association des Résidents Nanterre-Charcot (ARNC)
Propriétaire : 3 MOULINS HABITAT  - Secteur : HLM

 
Les 76 familles des immeubles locatifs de la Résidence vivaient paisiblement avec leur propriétaire privé jusqu'au jour où la SA d'HLM 3 MOULINS HABITAT a racheté les trois immeubles.
Conséquence : les aires de stationnement extérieures et les parkings en sous-sol deviennent payants, les loyers vont augmenter en moyenne de + de 50% après une réhabilitation partielle qui s'est faite sans aucune concertation.
En prime, la surface des logements 3 MOULINS HABITAT augmente "bizarrement"de plusieurs mètres carrés.
Les locataires qui croyaient naïvement que les loyers HLM étaient bloqués, décident, après une pétition de protestation, de payer collectivement en retard leurs loyers, de saisir les Elus de la ville d'écrire au Ministre du Logement, d'alerter les nanterriens avant d'entamer d'autres actions.
Le 01 03 2000, Affaire à suivre
 
·SUITE 1 : Le 18 avril, le Secrétariat d'État au Logement leur répond. Son écrit n'apportant aucune solution, ils décident d'y répondre collectivement le 04 mai. Cette lettre pétition est signée par la quasi totalité des locataires.
Elle se terminait ainsi :
"Comme un nombre important de familles ne bénéficiera pas de l'APL (Aide Personnalisée au Logement), elles seront contraintes à terme, de partir. Elles pourront toujours se consoler en réfléchissant sur la réalité de la mixité sociale et la nécessité de combattre la tendance à la "ghettoïsation" de certains ensembles. Finalement, au travers de cette opération vous aurez convaincu les locataires de la résidence Nanterre Charcot que l'expression "logement social" n'a de signification que pour les naïfs.
Ces naïfs, en saisissant vos Services, attendaient autre chose qu'une réponse convenue.
Ils s'excusent d'avoir troublé votre quiétude..."
Le dimanche 14 mai, ils étaient avec la CGL 92 sur le marché de Nanterre à faire signer leur pétition de soutien. Résultats : 611 signatures envoyés à leur propriétaire qui fait toujours le mort.
Le 30.05.2000

·SUITE 2 : Le gestionnaire n'ayant toujours pas répondu à l'association, celle ci à saisi les membres du conseil municipal de Nanterre et obtenu un rendez-vous avec le maire adjoint chargé du logement qui se propose d'intervenir comme médiateur.
Entre temps, les locataires qui l'avaient demandés obtiennent enfin de 3 MOULINS HABITAT la copie de la convention passée avec l'État pour l'acquisition-amélioration de leur 79 logements. Une trentaine continue à payer volontairement le loyer en retard en le confiant à l'association. Plusieurs défalquent de leur loyer la partie qu'ils contestent.
Le 19 07 2000, Affaire à suivre…

·SUITE 3 : L'examen de la convention signée le 28 04 2000 s'avère très instructif. Le gestionnaire a cherché à faire payer les nouveaux loyers avant qu'il en ait le droit.
Courant octobre, un rendez-vous avec la CAF 92 (Caisse d'Allocations Familiales) et l'association accompagnée de la CGL 92 confirme cette erreur et révèle que le gestionnaire est inconnu. Aucun versement d'APL ne pourra se faire. Les locataires maintiennent leur mobilisation. Ils obtiennent par ailleurs que la société chargée des travaux de réhabilitation fasse une liste des reprises de travaux mal ou partiellement effectués.
En novembre, la CGL 92 saisit le Préfet des Hauts-de-Seine pour les irrégularités commises puis de nouveau le Secrétaire d'État au Logement.
Courant décembre, la vente imminente des immeubles à un autre bailleur HLM est confirmée. Le Président de l'association, obtient un rendez-vous avec le futur propriétaire pour présenter les réclamations des locataires.
Le 22 12 2000, Affaire à suivre...

·SUITE 4 : La résidence est achetée par la SA d'HLM LOGIREP. L'association présente, au cours de divers rendez-vous, avec le nouveau gérant l'état des demandes et revendications des locataires.
Le nouveau propriétaire reconnaît le bien fondé de plusieurs de leurs demandes ignorées par le précédent.
Il propose :
- de maintenir le programme d'étalement des augmentations de loyers sur plusieurs années,
- qu'une réelle "enquête sociale" soit réalisée,
- de faire vérifier les surfaces des logements.
Par ailleurs les locataires obtiennent satisfaction sur certaines de leur demandes de remboursement de charges.
Ils décident en assemblée générale, compte tenu du nouveau climat, de geler leur action.
Le 02 02 2001, Affaire à suivre…

·SUITE 5 : La SA d'HLM LOGIREP a fait faire quelques travaux de reprises dans les appartements et remétrer ceux-ci. Elle respecte l'augmentation progressive des loyers.
Mais, alors qu'elle est propriétaire depuis plus d'un an, les locataires ne perçoivent toujours pas l'APL. La Préfecture et le propriétaire ont donc été officiellement saisis par la CGL 92 de cette anomalie. D'autre part, un projet d'installation de compteurs individuels d'eau froide suscite des réticences de la part des locataires. Effectivement, la configuration des logements nécessite la pose et la location de 4 compteurs et plus dans certains appartements, ce qui augmente fortement le coût de location de ces compteurs. Saisie par plusieurs locataires, l'association a obtenu le gel du projet en attendant l'ouverture de négociations avec le bailleur.
Le 20 12 2001
Retour à la liste
 
 
Actualités 
 
 Année 2018
 Années précédentes
 
 
L'eau et le logement 
 
 Etude de la CGL
 Eau et vie pratique
 Le prix de l'eau
 Pour se défendre
 
 
L'expulsion 
 
 Présentation
 Les mots clefs
 La procédure d'expulsion
 Les expulsions (étude)
 De 2004 à maintenant
 La Jurisprudence
 Les mots clefs (en cours)
 
 
Adresses utiles 
 
 Adresses classées
 
Agence DevComWeb   -   Technologie Micrologiciel™