Retour à l'accueil
 
Retour à l'accueil
Retour à l'accueil Ajouter aux favoris
 Accueil   La CGL 92   les élections hlm   Actualités   NEWSLETTER   Nos victoires    Contactez nous !   Nous rejoindre 
 
L'Union Départementale 
   Présentation
 Adhésions et tarifs
 Nos publications
 Nos communiqués
 Nos actions locales
 
La location 
   Les mots clefs
 La loi SRU
 Loyers moyens du 92
 Les charges locatives
 Les mots clefs (en cours)
 Lutter contre les expulsions
 
La copropriété 
   Les mots clefs
 Le contrat de Syndic
 Contrats de Syndics (étude)
 Gestion courante, prestations
 Les charges de copropriété
 La Commission nationale
 La Jurisprudence
 Les mots clefs (en cours)
 
L'accession à la propriété 
   Les mots clefs
 Achat dans l'ancien
 Achat dans le neuf 2007/2008
 Analyse du prix des logements
 Les mots clefs (en cours)
 
Créer un association 
   Pourquoi créer une association
 Création et fonctionnement
 Les textes et nos conseils
 Bibliographie
 
sites de la CGL 
   CGL Nationale
 CGL 94
 Conso Net
 CGL 44 
 CGL 55
 CGL 57  
 CGL 62 
 bloc note de l'association Fraternité - Egalité 
 
 Gennevilliers   Imprimer
Association : Comité des Résidents du Foyer du Port
Propriétaire : LE LOGEMENT FRANÇAIS (gestionnaire SONACOTRA)  - Secteur : Foyer

 
Construit en 1976 et en partie démoli aujourd'hui, le Foyer comptait encore environ 120 résidents en mai 1999 sur les 600 de l'origine. Majoritairement marocains ou algériens, ils ont plus de 40 ans et beaucoup habitent le Foyer depuis 20 ans. Ils veulent être relogés à Gennevilliers ou dans une ville proche, et non loin de leur lieu de travail et de leurs amis.
La CGL 92, que les résidents sont venus chercher, pilote directement cette affaire en collaboration avec l'ATMF (Association des Travailleurs Marocains en France). Ainsi, elle a rencontré le ministère, interpellé le ministre, envoyé plusieurs communiqués de presse, rencontré deux fois l'Abbé Pierre qui est intervenu personnellement, organisé quatre Assemblées Générales sur place, rencontré six fois la SONACOTRA, participé à deux comités de pilotage comprenant la Préfecture, la ville de Gennevilliers, la SONACOTRA et LE LOGEMENT FRANÇAIS. Douze dossiers de soutien individuels ont été ouverts pour obtenir des relogements rapides.
Le 30 12 1999, Affaire à suivre...
 
·SUITE 1 : Le mandat de gestionnaire de la SONACOTRA, qui devait prendre fin au 31 12 1999 est prolongé de 6 mois.
Le 05 01 2000

·SUITE 2 : Fin janvier 2000, 86 résidents habitent encore au Foyer. Les relogements des derniers mois se sont faits en accord avec les intéressés, ce qui était loin d'être évident en juin et juillet 1999.
La CGL 92 n'hésitera pas à médiatiser de nouveau cette affaire, à organiser une manifestation publique, à saisir l'Abbé Pierre si la dignité et le respect de la personne humaine venaient à être oubliés dans les relogements futurs.
Le 29 01 2000

·SUITE 3 : A la date du 25 04 2000, 69 résidents étaient encore au foyer et les relogements proposés ne se situaient pas à Gennevilliers ou dans une commune proche. Ils ont donc décidés, avec la CGL 92, de saisir la population de Gennevilliers au moyen d'un tract tiré à plusieurs milliers d'exemplaires et de mettre en place un comité de soutien à leur action.
Le 30 05 2000

·SUITE 4 : La fin du mandat de gestion de la SONACOTRA approchant et une cinquantaine de résidents étant encore au foyer du port, ils ont organisé le 30 juin avec la CGL 92 , un Apéritif-Débat auquel la population, la presse et les soutiens étaient invités.
A cette occasion, un comité de soutien s'est formé. Il comprend : la CGL, Emmaüs-France, l'ATMF (Association des Travailleurs du Maghreb en France), le COPAF (COllectif pour l'Avenir des Foyers), SOS Racisme, L'AMF du 92 et du 93 (Association des Marocains de France), Léo Lagrange du 92, la FASTI (Fédération des Association de Solidarité avec les Travailleurs Immigrés), le DAL (Droit Au Logement), la Maison de la Solidarité de Gennevilliers. Pour le joindre : 01 47 88 42 17
Le 01 07 2000, Affaire à suivre...

·SUITE 5 : LE LOGEMENT FRANCAIS propriétaire des lieux, gère directement le foyer après le départ de la SONACOTRA.
- Juillet Août Septembre : La cinquantaine de résidents restant attend toujours les relogements promis dans un foyer réhabilité de la ville.
- 15 10 2000 : coupure d'électricité (panne accidentelle selon EDF GDF)
- 16 10 2000 : article dans Le Parisien qui relate l'événement.
- 20 10 2000 : LE LOGEMENT FRANCAIS assigne en référé 21 résidents. Il demande leur expulsion.
- 24 10 2000 : Avec la CGL 92 les résidents réagissent en constituant des dossiers d'aide juridictionnelle et en demandant le renvoi de l'audience.
- 25 10 2000 : La CGL 92 notifie la demande de renvoi au Président du Tribunal pour que les résidents soient défendus par des avocats
- 26 10 2000 : audience, renvoi accordé au 20 novembre.
- 07 11 2000 : avec la CGL 92, les résidents préparent leur défense en attendant la nomination d'un avocat.
- 20 11 2000 : deuxième audience puis deuxième renvoi pour " nomination tardive " de l'avocat. Jugement par défaut de certains résidents n'ayant pas obtenu l'aide juridictionnelle.
- 20 12 2000 : troisième audience et troisième renvoi au 10 01 2001 accordé par le juge pour la dizaine de résidents défendue par l'avocate.
Le 22 12 2000, Affaire à suivre...

·SUITE 6 : A l'audience du 10 01 2001 le juge rejette les demandes des résidents mais, en même temps il confirme les propositions de relogement du LOGEMENT FRANCAIS. Les résidents restant au foyer disposent donc de deux mois pour leur relogement.
Ils envisagent, avec la CGL 92 de saisir de saisir le juge de l'exécution.
Le 15 01 2001, Affaire à suivre...

·SUITE 7 : Où en est on quelques mois après la décision du juge de Nanterre? Que sont devenus la cinquantaine de résidents encore sur les lieux en janvier 2001?
Ils sont quasiment tous relogés à Gennevilliers contrairement au projet de départ. Quelques uns ont accepté des propositions de relogement dans les villes avoisinantes. Leur détermination, leurs actions, leur patience ; accompagnées par la CGL 92, auront permis d'obtenir la reconnaissance de leurs droits : être relogés prioritairement là où ils avaient toujours vécu, à Gennevilliers et dans les communes proches.
Le 10 11 2001
Retour à la liste
 
 
Actualités 
 
 Année 2018
 Années précédentes
 
 
L'eau et le logement 
 
 Etude de la CGL
 Eau et vie pratique
 Le prix de l'eau
 Pour se défendre
 
 
L'expulsion 
 
 Présentation
 Les mots clefs
 La procédure d'expulsion
 Les expulsions (étude)
 De 2004 à maintenant
 La Jurisprudence
 Les mots clefs (en cours)
 
 
Adresses utiles 
 
 Adresses classées
 
Agence DevComWeb   -   Technologie Micrologiciel™