Retour à l'accueil
 
Retour à l'accueil
Retour à l'accueil Ajouter aux favoris
 Accueil   La CGL 92   les élections hlm   Actualités   NEWSLETTER   Nos victoires    Contactez nous !   Nous rejoindre 
 
L'Union Départementale 
   Présentation
 Adhésions et tarifs
 Nos publications
 Nos communiqués
 Nos actions locales
 
La location 
   Les mots clefs
 La loi SRU
 Loyers moyens du 92
 Les charges locatives
 Les mots clefs (en cours)
 Lutter contre les expulsions
 
La copropriété 
   Les mots clefs
 Le contrat de Syndic
 Contrats de Syndics (étude)
 Gestion courante, prestations
 Les charges de copropriété
 La Commission nationale
 La Jurisprudence
 Les mots clefs (en cours)
 
L'accession à la propriété 
   Les mots clefs
 Achat dans l'ancien
 Achat dans le neuf 2007/2008
 Analyse du prix des logements
 Les mots clefs (en cours)
 
Créer un association 
   Pourquoi créer une association
 Création et fonctionnement
 Les textes et nos conseils
 Bibliographie
 
sites de la CGL 
   CGL Nationale
 CGL 94
 Conso Net
 CGL 44 
 CGL 55
 CGL 57  
 CGL 62 
 bloc note de l'association Fraternité - Egalité 
 
 Nanterre   Imprimer
Association : Amicale RONSARD
Propriétaire : FRANCE HABITATION  - Secteur : HLM

 
Pendant près de 3 mois (octobre, novembre, décembre) les 141 locataires du boulevard National à Nanterre ont défendu la gratuité des aires de stationnement extérieures de leurs immeubles, libres d'accès depuis 25 ans. C'est au moment où le Ministre du Logement annonçait le gel des loyers HLM pour 2 ans que le bailleur décidait de faire payer ces parkings à ses locataires.
Ceux-ci ont décidé de saisir le Ministre, d'alerter les élus de Nanterre, de bloquer collectivement chaque soir l'accès de leur résidence, de démonter la borne d'entrée et de la ramener au propriétaire, de payer leurs loyers en retard. Le dimanche 14 novembre, munis d'un haut parleur, ils ont demandé aux nanterriens faisant leur marché de signer leur pétition, le 26 novembre, ils étaient à la gare de Nanterre ville pour de nouvelles signatures. Plus de 1 400 nanterriens les ont soutenus, près de 2 500 tracts ont été distribués et 70 banderoles de protestations apposées sur le balcon des 2 immeubles.
Le 14 décembre, au cours d'une réunion en mairie (Association CGL et bailleur), FRANCE HABITATION annonçait qu'elle suspendait sa décision. La borne d'entrée est désormais abaissée en permanence et les parkings de nouveau libre d'accès dans l'attente d'un accord.
Le 20 12 1999, Affaire à suivre...
 
·SUITE 1 : Aucun accord n'étant intervenu 6 mois après la réunion en mairie, les locataires viennent de signer une pétition (88% des ménages) protestant contre la neutralisation de la borne. Ils écrivent notamment : "...des véhicules extérieurs stationnent n'importe où et gênent le trafic des véhicules des locataires. En choisissant la politique du pire, celle qui organise le désordre, vous tournez le dos à votre mission de bailleur social...."
Ils envisagent de reprendre éventuellement leur action.
Le 05 06 2000, Affaire à suivre...

·SUITE 2 : Premier recul du bailleur (changement des moteurs de VMC, travaux de réfection de l'entrée de la résidence, pose de barre d'appui dans les cabines, d'ascenseurs, réparation des portes de halls et plusieurs autres petits travaux) mais persistance de nombreux désaccords dont celui de la neutralisation permanente de la borne d'accès aux parkings.
Le 19 Octobre ils saisissent le Secrétaire d'Etat au Logement et le Préfet, au moyen d'une lettre pétition signée par 80% des locataires, pour s'étonner de l'autorisation donnée à la SA FRANCE HABITATION d'augmenter les loyers alors que ceux-ci sont bloqués pour le secteur HLM.
Le 29 Novembre ils sont reçus, à leur demande, par le Maire Adjoint au logement de la ville qui propose d'organiser une réunion entre la société et l'amicale, sur le site même, pour régler les litiges en suspens.
Le 22 12 200, Affaire à suivre...

·SUITE 3 : En novembre dernier, 18 familles du site ont appris que, suite à l'action judiciaire qu'elles avaient engagées avec leur amicale contre FRANCE HABITATION, le juge du Tribunal d'Instance de Puteaux leur avait donné raison. La société n'avait pas à récupérer sur les locataires les frais de rôle de la Taxe d'Enlèvement des Ordures Ménagères (TEOM) et la contribution patronale versée au Comité d'Entreprise. Elle devra rembourser les 18 familles et payer une partie de leurs frais de procédure.
Le 10 01 2001
Retour à la liste
 
 
Actualités 
 
 Année 2018
 Années précédentes
 
 
L'eau et le logement 
 
 Etude de la CGL
 Eau et vie pratique
 Le prix de l'eau
 Pour se défendre
 
 
L'expulsion 
 
 Présentation
 Les mots clefs
 La procédure d'expulsion
 Les expulsions (étude)
 De 2004 à maintenant
 La Jurisprudence
 Les mots clefs (en cours)
 
 
Adresses utiles 
 
 Adresses classées
 
Agence DevComWeb   -   Technologie Micrologiciel™